Le Château

Le château de DOLLOT est situé sur l’Orvanne, dont les eaux baignaient le pied de larges fossés, présentement peu profonds entourent encore le peu de bâtiments qui restent de la démolition qu’en a fait faire M. BOBY de la CHAPELLE en 1824.vue ancienne du chateau

L’application rigoureuse des mêmes principes, que pour la construction de forteresse au XIIème et XIIIème siècle, fut employée à DOLLOT. On traça, au milieu des prairies marécageuses traversées par le ruisseau de l’Orvanne, un emplacement rectangulaire ayant à peu près quatre-vingts pas de long sur cinquante de large.

On éleva à chaque angle une tourelle, qu’une haute muraille couronnée par un chemin de ronde réunissait entre elles. Au milieu de l’une des faces, on construisit un bâtiment carré, sous lequel se manœuvrait le pont-levis. Au centre de la cour s’élevait un donjon isolé.

Nous ignorons la date précise des premières constructions, car dès le XV ème siècle, la forteresse de DOLLOT était célèbre, mais bientôt les vicissitudes de la guerre lui furent fatales.

Vers l’an 1422, les anglais s’étaient rendus maîtres d’une partie de la province sénonaise. Le châtelain de DOLLOT, profita souvent des occasions qui se présentaient pour surprendre les châteaux des environs de SENS et les piller.

Les anglais et les français étaient tour à tour, obligés de repousser les attaques hardies de la garnison de DOLLOT. Il fallut mettre ordre à cet état de chose et le comte de WARWICH résolut de se défaire de ses incommodes voisins. Il réunit le plus de troupes qu’il put trouver dans la province et vint assiéger DOLLOT vers le commencement de l’an 1426. En 1427 il le prit après une semaine de siège. La forteresse du démantelée et serait, depuis lors, restée hors d’état de se défendre.

Le droit de champart fixé à la douxième gerbe, était une branche importante du revenu de cette terre. A l’occasion de la perception de ce droit, il y eut un procès considérable, entre la marquise et Monseigneur le duc d’Orléans, seigneur apanagiste de CHÉROY, pour la fixation des limites des 2 seigneuries. Ce procès se termina par une transaction, d’après laquelle la seigneurie de DOLLOT s’étendit jusqu’à un lieu où était planté un noyer, et auquel on donna plus tard le nom de climat du petit noyer (ce qui vaut à un km de distance de Chéroy), sous condition, que le seigneur de DOLLOT ferait élever une grange sur le lieu pour recevoir le produits de champart. Cette grange fut construite proche et au sud-est de Vau Robert. Elle fut démolie avec grande joie par les habitants, lors de la suppression du régime féodal en 1790. 

Les Seigneurs de DOLLOT furent :

Les Religieux de Saint Jean de SENS
88 ans
 
1180 à 1268
Les Abbés de Saint Jean de SENS
277 ans
 
1268 à 1545
Charles VOLLANT
30 ans
 
1545 à 1575
Christophe de HARLAY  
22 ans
 
1575 à 1597
Jacques de SAVOIE (Duc de Nemours)
Et Élisée de MONLIARD 
76 ans
 
1597 à 1673
Madame la Marquise de MOUSSY
49 ans
 
1673 à 1722
Michel ANCEL des GRANGES 
Baron de DOLLOT
58 ans
 
1722 à 1780
Louis de GAETAN de THIENNE
Avec sa sœur
8 ans
 
1780 à 1788

Charles de GAETAN de THIENNE

            Dernier Seigneur de DOLLOT

26 ans
Décédé en 1824 près de TOUR
 
1788 à 1814

 

En 1814, le château, les fiefs (Champjean sur BRANNAY, Bapaume, Heurtebise, les Moulins, le Vaux Robert, la Mardelle aux loups et le grand étang de Montregnault sur MONTACHER), et les terres sont vendus à M. BOBY de la CHAPELLE (acte notarié du 9 décembre, par un notaire à Provins). Cela consistait au château, 3 corps de fermes et 350 arpents de terres labourables, 80 arpents de prés et 120 arpents de bois.

Peu de bâtiments restent, après la démolition qu’en a faite M. de la CHAPELLE en 1824. Ce dernier revend toute la propriété au détail en 1836 / 1837. Au milieu d’une vaste cour, on voit les restes d’une vieille tour qui anciennement s’élevait avec ses créneaux au dessus des bâtiments du château. Cette tour (le donjon) depuis a servi de colombier et a été démolie à la révolution en 1789.

Avant ce château, il y en existait un autre au milieu d’un bois désigné de nos jours sous le nom de la GARENNE de DOLLOT. Ce bois est à mille mètres au sud est du village, il le domine entièrement. On voit encore de larges et profonds fossés qui l’entouraient et quelques traces de fondations. L’époque de sa destruction se perd dans la nuit des temps.

Il existait aussi dans le haut du pays un autre château appelé «château de la Renauderie», vue ancienne de la renauderiequi fut occupé par les anglais en 1427. Toutefois sur une pierre qui ferme la clé de voûte du portail qui se trouve sur le chemin de la Mardelle aux loups, on peut lire 1525. ce serait donc sous François 1er.                                    

On voit aussi, sur différents points de cette commune et à l’ouest des restes de fondations et quelques puits. La tradition rapporte qu’ils sont l’emplacement d’anciens hameaux désignés sous les noms de la Brosse, du Bois d’Artus et du Château Vert, ils paraissent avoir été brûlés pendant les guerres civiles.